12-e, tartalom
    - El Jem
    - Útban Gabes felé
    - Ebéd Gabesban
    - Útban Djerba felé
    - Djerba zsinagóga
    - Djerba
    - Djerba szálloda

El Jem
Az amphiteátrum tényleg kolosszális. Kár, hogy a múzeum nem volt a programban, az útleírások szerint csodálatos mozaikgyűjteménnyel rendelkezik.
El Jemben mozaikfesztiválokat is tartanak

Fondée sur les ruines de la cité antique de Thysdrus ou Thysdritania colonia2, elle est célèbre pour son amphithéâtre, le plus grand de l'Empire romain (entre 27 000 et 30 000 spectateurs3) après le Colisée de Rome (45 000 spectateurs) et celui de Capoue. Celui-ci accueille chaque été depuis 1985 le Festival international de musique symphonique d'El Jem.Sommaire  [masquer]

Ancienne cité phénicienne, fondée par les Puniques et prospère sous Hadrien, elle reçoit, sans doute dès l'époque césarienne, le statut de colonie romaine puis acquiert le statut de municipe libre (municipia libera) sous le règne de l'empereur Septime Sévère4. Par la suite elle est intégrée à la province de Byzacène. Au cœur d'une région qui connaît une forte productivité agricole, la cité semble jouir d'une relative prospérité.

La cité de Thysdrus bénéficie d'une active politique de mise en valeur des terres et de développement économique : les empereurs Vespasien et Titus y amènent l'eau par l'entremise du proconsul d'Afrique. Ainsi, dès le IIe siècle, elle apparaît selon l'expression de Gilbert Charles-Picard comme la « capitale de l'huile » de Byzacène. Nœud routier des plus importants puisque six voies romaines y aboutissent5, localisé au centre d'une région oléicole, Thysdrus dispose d'un marché agricole très dynamique.

Au début de l'an 238, Thysdrus est le cadre d'un litige qui doit avoir de fortes répercussions sur l'histoire de l'Empire romain. À la suite d'un différend survenu à la suite de la levée de nouveaux impôts, une révolte éclate. Le procurateur de l'empereur Maximin Ier le Thrace, doit affronter le peuple thysdritain et les habitants des campagnes environnantes. Le collège des iuvenes et les paysans semblent apparaître comme le fer de lance du mouvement.

Après l'assassinat du procurateur, les révoltés se rendent à la résidence du vieux proconsul d'Afrique, Gordien, qui réside à Thysdrus, dans le cadre de sa tournée provinciale, et le proclame empereur. Le nouvel empereur accompagné de son fils, Gordien II, associé au pouvoir, se rend à Carthage et procède à son adventus. La répression du légat de Numidie, Capelianus, est aussi rapide que brutale. Cependant, l'appui puis la reconnaissance de la lignée par le Sénat romain ainsi que par certaines provinces déclenche une brève guerre civile et une crise du pouvoir impérial. Cette singulière révolte civile se solde par l'élimination de l'empereur Maximin et l'avènement du jeune Gordien III. 

Si le troisième amphithéâtre d'El Jem compte parmi les monuments les plus célèbres de Tunisie, l'antique Thysdrus a possédé deux autres amphithéâtres, de moindre mesure.

Le premier serait datable du Ier siècle av. J.C. et devait donc être rudimentaire, sans maçonnerie, mais avec une cavea « creusée dans le roc d'une colline, dont la typographie lui a imposé ses dimensions et ses contours .

Il a dû être aménagé par des marchands ou des agriculteurs italiens immigrés pour les combats de gladiateurs. Il est d'une grande valeur documentaire car représentant un jalon unique dans son genre7. Suite à la détérioration de cet amphithéâtre et au développement économique et urbanistique de Thysdrus, et après plusieurs tentatives de restauration, il est décidé à l'époque flavienne de réaménager complètement la même colline — la seule de la région — en « la comblant de remblais sur une hauteur de plus de deux mètres, [pour] allonger le grand axe de l'arène, qui atteignit les proportions de 60 mètres sur 40 mètres »8.

Une tribune est ajoutée sur le petit axe, des gradins construits sur des remblais tassés, deux carceres (cellules et pièces où les gladiateurs et les bêtes sauvages attendent l'entrée en scène) sont mis en communication avec l'arène. Si l'édifice gagne en solidité et fonctionnalité, c'est sans préoccupation d'ordre esthétique. Il est à noter que malgré leur proximité, ce deuxième amphithéâtre est distinct du premier de par l'emplacement et le style de construction, notamment les éléments essentiels que sont la cavea et l'arène qui « divergent totalement par le choix de leur modèle »9. Ce nouvel amphithéâtre est comparable à de nombreux autres présents en Tunisie, comme à Thuburbo Majus, avec une structure adossée à une butte naturelle partiellement aménagée8.

El Jem est « unique au monde » par le fait de posséder trois édifices appartenant chacun à l'une des trois grandes catégories connues d'amphithéâtres, tous trois étant civils et non militaires, puisque la ville n'a jamais eu de garnison10.

À la périphérie de la ville, le musée archéologique présente de nombreuses mosaïques issues des fouilles dans les villas romaines de Thysdrus. Nombre de pièces retrouvées sur le site sont conservées au Musée national du Bardo et au musée de Sousse.

Jouxtant le musée, la villa d'Africa est une reconstitution à portée didactique d'une maison romaine. Elle comporte deux mosaïques remarquables : la première représente la déesse Africa, surmontée d'une dépouille d'éléphant et entourée de bustes représentant les quatre saisons. La seconde est une représentation symbolisée de Rome et de ses provinces.

El Jem accueille aujourd'hui un festival de la mosaïque.

Ágnes elpottyant

Fűszer árus



Útban Gabes felé
Útközben megálltunk egy bőrárú kereskedésben, ahol útitársaink szép bőrkabátokat vettek.
Az úton gyakran látni felakasztva megnyúzott birkát. Ez egy reklám: itt lehet birkasültet enni. Az ember rámutat a birka megfelelő részére, onnan kikanyarítanak számára egy adag húst, s azt helyben megsütik a számára.

Bőrárú kereskedés

Fóliasátrak

Heni és Iván

Sütésra váró birka

Ebéd Gabesban

Tintahal

Kalamári

Útban Djerba felé

Kompra várva

Komp kikötő

Megjött a komp

Djerba, az El Ghriba zsinagóga
Ez a zsinangóga 2600 éves.

The synagogue is the destination of an annual pilgrimage of many Tunisian Jews for the holiday of Lag BaOmer, which takes place after the celebration of Passover. The grave of a Jewish virgin who came carrying scrolls from Palestine is under the synagogue. The hostel is visited by many pilgrims from France,[5] though this was disrupted by a terrorist attack in 2002.

On Simchat Torah 1985, one of the policemen charged with the security of the synagogue opened fire at the congregation causing the death of three people, including a child.
On April 11, 2002, a truck full of explosives was detonated close to the synagogue, killing 21 people, of whom 14 were German tourists, 2 French nationals and 5 Tunisians. Al Qaeda claimed responsibility for the Ghriba synagogue bombing.

A francia Wikipédia érdekes adalékokkal szolgál:

Selon la légende la plus populaire, imprimée pour la première fois dans un livre du rabbin Abraham Haim Addadi de Tripoli (Hashomer Emet publié à Livourne en 1849)1, des prêtres appelés Cohanim se seraient installés sur l'île de Djerba après la prise de Jérusalem et l'incendie du Temple de Salomon par l'empereur Nabuchodonosor II en 586 av. J.-C.2. Ils auraient emporté un élément du temple détruit qui aurait été inséré dans la synagogue; les visiteurs peuvent voir une pierre incorporée à l'une des voûtes de la synagogue et qui serait la pierre originale rapportée de Jérusalem. Toutefois, ces affirmations restent hypothétiques et ne sauraient être considérées comme un fait établi: les plus anciennes synagogues connues aujourd'hui sont situées en Israël et sont contemporaines de la destruction du second Temple de Jérusalem vers l'an 70.

Tehát: Krisztus előtt 586-ban - miután Nabuchodonosor II. felgyújtotta Salamon templomát és elfoglalta Jeruzsálemet - a kohaniták  letelepedtek Djerba szigetén. Magukkal hoztak köveket a lerombolt templomból, amelyeket azután beépítettek a djerbai zsinagóga boltozatába.

Djerba
Djerba szigetén (félszigetén?) teljesen egyedi népviselet van, sikerült is lekapni egy népviseletet viselő asszonyt. (Lásd alább)

Söröztünk

Ági és az árus, akitől NIKE futócipőt vettem

Asszony népviseletben

Kártyaparti

Szálloda Djerba = Miramar Petit Palais
Ez volt a legjobb hotel egész utunk során. Meglepetéssel tapasztaltuk, hogy az egy árva kis szappanocska helyett két szappan és két tusfürdő várt bennünket, volt két pohár a fürdőszobában, a WC fertőtlenítve volt!
A svédasztalos vacsora is itt volt a legváltozatosabb, lásd a fotókat! Különben a levesek Tunézia szerte mindenütt nagyon finomak voltak, különösen a paradicsomleves izlett.